Autres publications

Capture d’écran 2013-10-29 à 11.26.04Alors que, en Allemagne, l’historiographie peut se vanter aujourd’hui des riches résultats de trois décennies de recherches intenses sur le Saint-Empire romain germanique, ce dernier reste pour la plupart des historiens français un domaine peu connu. De manière isolée, il existe toutefois en France aussi un intérêt marqué pour le Saint-Empire. Les travaux qui en résultent représentent en raison de leur approche spécifique un complément important aux recherches allemandes. Ce numéro thématique offre un aperçu jusque-là inédit d’un thème capital de l’histoire moderne allemande, aperçu qui n’a pas uniquement un ancrage national, mais profite des perspectives croisées de différentes traditions historiographiques.

  • Barbara Stollberg-Rilinger : Les vieux habits de l’Empereur. Une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire à l’époque moderne. Préface de Christophe Duhamelle. Traduit par Christophe Duhamelle. Paris (Éditions de la MSH) 2013

27351100810240LAvant même la fin du Saint-Empire, en 1806, sa constitution semblait aux yeux de nombreux contemporains être un reliquat du passé. Les grandes cérémonies rituelles de l’Empire (couronnement, investitures…) suscitaient en particulier incompréhension et moquerie. Mais elles persistaient et tenaient toujours une place importante dans les écrits politiques sur l’Empire. C’est à ces cérémonies, leur survivance, leur évolution, que Barbara Stollberg-Rilinger consacre une étude dont l’ambition est de reconstituer, par une enquête d’anthropologie politique, le sens et la fonction des grandes « solennités d’Empire » ainsi que les conflits politiques qui se jouaient à travers elles. Afin d’en saisir les mutations, elle privilégie quatre moments-clefs qui balisent toute l’époque moderne. Objets d’une « description dense » qui en restitue les logiques les plus variées, ces rituels sortent ainsi de la marge un peu méprisée où les reléguait l’historiographie et, d’une manière à la fois très vivante et rigoureusement analytique, deviennent un observatoire privilégié pour reconstituer la spécificité du Saint-Empire, un corps politique complexe, irréductible à des catégories comme « l’État » et la « souveraineté », et héritier d’une culture politique de la présence et de la représentation dont les grandes cérémonies sont la meilleure illustration.

Plus d’informations sur le site des Éditions de la MSH