Augsburger Religionsfrieden

Traduction proposée : paix d’Augsbourg

Traductions alternatives : paix de religion d’Augsbourg ; recès d’Augsbourg

Définition : La paix d’Augsbourg de 1555 est un texte majeur pour le Saint-Empire moderne ; il propose un modèle diffusé et discuté en Europe au temps des confrontations religieuses. Il formalise les solutions pragmatiques élaborées au fil de plus de trente ans de conflits dans l’Empire. D’ordre purement juridique, ce règlement est explicitement découplé des disputes et des tentatives de conciliation théologiques. Il inscrit le droit d’option religieux (restreint au luthéranisme et au catholicisme) dans les prérogatives des immédiats : eux seuls ont le droit de choisir leur religion, mais leurs sujets reçoivent quelques garanties (nul prince ne peut forcer les sujets d’un autre à se convertir, chaque territoire doit permettre à ses sujets d’émigrer pour cause de religion dans de bonnes conditions). Il soumet les conflits religieux à l’interdiction de la guerre privée et à l’obligation d’un règlement judiciaire, c’est-à-dire qu’il les inclut dans la Paix publique perpétuelle et les renvoie devant la Chambre de Justice Impériale où est introduit le principe de parité. La Paix d’Augsbourg crée donc les confessions « légales » dans l’Empire. Certains conflits restent cependant ouverts, comme celui qui porte sur le réservat ecclésiastique puis à partir des années 1560 sur la place à réserver au calvinisme après que plusieurs princes (dont l’électeur Palatin) s’y sont convertis. Enfin, le fonctionnement de la Diète, non réglé par la paix, se grippe au début du 17e siècle. Par bien des aspects, la paix de Westphalie de 1648 est le prolongement de la paix d’Augsbourg et codifie les points litigieux qu’elle laissait ouverts.

Problèmes de traduction : La paix n’est pas un traité de paix (comme celui de Passau en 1552 entre les princes protestants et l’Empereur). C’est un recès d’Empire décidé par la Diète réunie à Augsbourg. Certaines de ses dispositions n’ont pas été acceptées par tous, d’autres (d’ailleurs contestées) ont été prises en-dehors du cadre du recès. Il peut donc être fait référence au « recès » stricto sensu. Mais l’expression « paix d’Augsbourg » s’est imposée pour désigner cet édifice normatif qui a assuré la paix pendant plus de soixante ans et a pour l’essentiel été repris jusqu’en 1806 – et au-delà.

CD