Fürst

Traduction proposée : prince

Traduction alternative : membre du collège des princes d’Empire.

Définition : Le terme vient du vieil allemand furisto qui signifie « le premier ». Il désigne donc à l’origine un titre nobiliaire, et en l’occurrence le plus élevé au sein du système nobiliaire impérial. Il peut être porté par des ducs, mais aussi par des margraves, des landgraves ou des comtes palatins. Le prince en question domine alors une principauté – Fürstentum – et détient inévitablement l’immédiateté d’Empire – une qualité qui ne lui est cependant pas propre.

Dans un sens plus strict, à l’époque moderne, Fürst désigne cependant aussi et plus spécifiquement les membres d’un ordre : celui de ceux ayant voix et siège dans le Fürstenrat, l’un des trois collèges de la Diète d’Empire (aux côtés de celui des princes-électeurs et de celui des villes libres). L’ordre ainsi créé est celui du Reichsfürstenstand. Il peut alors parfois exister une certaine ambiguïté entre les deux sens du terme, même s’ils ne sont pas contradictoires. Ainsi la Ligue des Princes (Fürstenbund) de 1785 comptait-elle parmi ses membres des princes-électeurs (l’archevêque de Mayence et le roi de Prusse par exemple), et c’est donc bien au premier sens du terme que l’expression renvoie alors.

Le groupe des princes ayant siège dans le Fürstenrat peut se subdiviser en deux parties : d’une part les weltliche Reichsfürsten – princes d’Empire laïcs – d’autre part les geistliche Reichsfürsten – les princes d’Empire ecclésiastiques (cf. principauté ecclésiastique) qui sont en fait la plupart du temps archevêques ou évêques, mais parmi lesquels on compte aussi les supérieurs de certains monastères et le Grand-maître de l’Ordre teutonique (cf. prélat d’Empire). Le poids des deux sous-groupes s’inversa au cours du temps : les princes ecclésiastiques, majoritaires au début du 16e siècle (50 contre 24 laïcs), ne l’étaient plus à la fin du 17e siècle (33 contre 61). Ceci s’explique avant tout par les sécularisations d’évêché d’une part, par les accessions à la dignité princière pour des familles nobiliaires d’autre part (pensons à la famille des Thurn und Taxis en 1695 par exemple) qui furent d’autant plus nombreuses qu’il s’agissait là d’un moyen aisé, pour l’Empereur, de s’attacher de nouveaux clients dans l’Empire.

Problèmes de traduction : La traduction « prince » est trompeuse dès lors qu’il ne faut pas confondre le Fürst et le Prinz qui renvoient à deux réalités liées mais bien différentes.

SS