Geistlicher Vorbehalt

Traduction proposée : réservat ecclésiastique

Traductions alternatives : /

Définition : L’une des sources les plus abondantes de conflits entre les confessions fut le sort des principautés ecclésiastiques. Bien que la Prusse fût située hors de l’Empire, la façon dont le dernier Grand-Maître de l’Ordre Teutonique se convertit au luthéranisme et sécularisa en 1525 son territoire, le transformant en principauté héréditaire au bénéfice de sa propre dynastie (les Hohenzollern) constitua pour les catholiques un exemple répulsif. Les juristes catholiques développèrent donc l’idée qu’un évêque, un abbé etc., élu et non héréditaire, ne possédait pas sa principauté et n’avait donc pas le pouvoir d’y imposer le luthéranisme (puis le calvinisme) ; il devait au contraire abdiquer – c’est le principe du « Réservat ecclésiastique ». Nombreux furent les protestants à professer l’opinion contraire, d’autant que la pénétration des idées luthériennes dans les groupes aristocratiques peuplant les chapitres cathédraux (élisant les évêques) semblait promettre de nombreuses conquêtes pour le camp luthérien. Lors des négociations de la paix d’Augsbourg en 1555, ce point constitua une pierre d’achoppement. L’archiduc Ferdinand l’inclut dans la paix de sa propre initiative, sans l’accord des protestants. La conversion au protestantisme de deux archevêques-électeurs successifs de Cologne aiguisa le conflit : la guerre de Cologne, au cours de laquelle l’électeur Gebhard Truchsess von Waldburg fut contraint en 1583 à la fuite et fut remplacé par un prince de la Maison de Bavière forme ainsi un tournant dans la période postérieure à la Paix et marque le retour au conflit ouvert et aux interventions étrangères (Espagnols). Finalement, la paix de Westphalie sanctionna définitivement la validité du réservat ecclésiastique – qui fut d’ailleurs en quelque sorte étendu à tous les territoires par la clause de l’année normative.

Problèmes de traduction : Il est difficile ici d’éviter une traduction un peu absconse, mais sanctionnée par l’usage, car il n’existe pas à proprement parler d’équivalent français. Choisir une autre expression (comme « exception ecclésiastique ») serait donc contre-productif en gommant cette spécificité. Il s’agit donc d’un des nombreux termes où la traduction française ne dispense pas d’une petite explication du sens du mot.

CD