Geistliches Fürstentum

Traduction proposée : principauté ecclésiastique

Traductions alternatives : /

Définition : Une principauté ecclésiastique ressemble, quant aux prérogatives politiques et juridiques qui lui sont associées, à un territoire laïc du Saint-Empire, à cette différence près qu’elle est gouvernée par un dignitaire ecclésiastique issu de la noblesse chapitrable et ayant obtenu sa charge non pas par héritage mais par élection. L’origine des principautés ecclésiastiques remonte à l’époque carolingienne et à l’attribution de pouvoirs temporels à certains représentants de l’Église d’Empire. Ce sont donc des ressorts temporels qui, d’ailleurs, ne coïncident que partiellement avec les ressorts spirituels des prélats qui se trouvent à leur tête. De nombreux princes-évêques ne sont ainsi pas les princes de la ville qui est le siège de leur évêché et qui a obtenu l’immédiateté à la fin du Moyen Âge. Par exemple, le siège archiépiscopal de Cologne est bien dans la ville éponyme, mais la résidence de l’archevêque-électeur se situe à Bonn ; de même le prince-évêque d’Augsbourg a pris sa résidence à Dillingen et celui de Spire à Bruchsal.

En allemand, ces principautés sont également appelées Stift ou Hochstift, pour faire la différence entre le ressort temporel et le ressort spirituel (Bistum = évêché) d’un évêque. On en trouve à tous les niveaux de la structure du Saint-Empire : trois archevêques font partie des princes électeurs (ceux de Mayence, Cologne et Trèves) – leurs territoires sont donc des archevêchés-électorats (Kurerzbistümer) (attention : il n’y a pas de terme pour désigner ces nobles, si ce n’est Kurfürst-Erzbischof, soit: archevêque-électeur ; le seul Fürsterzbischof ou prince-archevêque est celui de Salzbourg qui, lui, n’est pas électeur). De nombreux évêques (mais pas tous) sont princes-évêques (Fürstbischöfe) gouvernant un Fürstbistum. Font également partie des principautés ecclésiastiques les nombreuses abbayes d’Empire ainsi que certains prévôts (notamment Ellwangen et Kempten). De même, quelques institutions ecclésiastiques jouissant de l’immédiateté d’Empire ont conservé ce statut après leur passage à la Réforme : c’est par exemple le cas des communautés féminines luthériennes de Gandersheim ou de Quedlinburg qui sont dirigées par des princesses-abbesses (Fürstäbtissinnen).

Représentant un huitième de la population de l’Empire environ, les principautés ecclésiastiques en forment une composante essentielle. Menacées constamment par la sécularisation de leurs terres par leurs voisins laïcs (ce qui sera chose faite après 1803), leurs princes montrent généralement un attachement particulier à l’Empire, en contribuant à la Diète et aux tribunaux d’Empire.

Problèmes de traduction : Le terme allemand « geistlich » étant habituellement traduit en français par « clérical », on pourrait céder à la tentation de traduire par « principauté cléricale ». Il ne s’agit pourtant pas de territoires de l’Église mais de composantes de l’Empire gouvernées par des ecclésiastiques. C’est pourquoi nous privilégions l’expression « principauté ecclésiastique ».

FB/CD