Gravamina

Traduction proposée : remontrances

Traduction alternative : doléances

Définition : Le terme vient du latin Gravamen qui signifie « incommodité » ou « qui oppresse ». De façon générale, et dans sa forme plurielle, le terme renvoie aux remontrances rédigées de manière collective et adressées à un souverain, un prince ou ses représentants. Dans le contexte de l’Empire de l’époque moderne, le terme est parfois utilisé dans ce sens pour désigner les plaintes adressées par les diètes territoriales à leur prince : la sémantique est ici décisive dès lors que les princes tentèrent, à partir du 17e siècle surtout, de remplacer le terme par celui de desideria, qui signifiait « souhait ».

Le terme renvoie toutefois aussi à deux réalités spécifiques à l’Empire. La première concerne un cas particulier des négociations auxquelles donnaient lieu les capitulations électorales avant chaque nouvelle élection impériale :  la capitulation ratifiée lors de l’élection précédente servait en effet toujours de base à la négociation, chacun des articles étant alors renégocié par les représentants des princes-électeurs. Toute demande de modification de l’un ou l’autre article portait alors le nom de Monita – souhaits de modification. Lorsque la demande émanait cependant d’un membre extérieur au collège des princes-électeurs, on prit l’habitude, à partir du 17e siècle, de faire la différence entre les Monita, simples demandes d’ajout, et les Gravamina qui désignent alors une véritable demande de modification de la capitulation existante.

Le terme renvoie cependant aussi à un objet et à un moment particulier de l’histoire impériale: celui des plaintes adressées par certains territoires au Pape et à la curie romaine entre le milieu du 15e siècle et le début du 16e siècle. On parle alors plus exactement des Gravamina nationis germanicae qui furent discutées lors de Diètes d’Empire successives, et qui prenaient leur source dans le mécontentement provoqué par le concordat de 1448 auquel n’avaient pas été associés les territoires. Ces gravamina sont alors souvent considérées comme un moment capital dans le chemin menant à la Réforme luthérienne.

Le mot ressurgit enfin pour désigner les remontrances du Corps évangélique à la Diète contre ce qu’il considère comme des atteintes à la paix de Westphalie (voir itio in partes). C’est à partir de l’extrême fin du 17e siècle que ces remontrances trouvent une expression collective et une importance politique nouvelle.

Problèmes de traduction : /

SS