Grenze

Traduction proposée : frontière

Traductions alternatives : limite

Définition : Comme en France – où le mot « frontière » ne s’est substitué qu’à la fin du Moyen Âge au terme « confins » pour désigner les limites d’abord floues entre deux zones géographiques et/ou politiques – la notion de Grenze a pris, en allemand, la succession du terme plus ancien Mark qui caractérisait une partie de l’espace située à la marge (et que l’on retrouve toujours à l’époque moderne dans le terme Markgrafschaft, margraviat). D’origine slave, le mot s’est peu à peu imposé à partir du 16e siècle avec l’idée (et l’objectif politique) d’un territoire circonscrit par des limites linéaires, clairement définies par les autorités et respectées par les sujets.

La réalité du Saint-Empire était marquée par une multitude de frontières. D’abord les frontières de l’Empire lui-même qui sont longtemps restées assez imprécises, ce qui tint entre autres au caractère flou de l’appartenance impériale de certaines régions (les parties italiennes par exemple, mais aussi les cantons suisses ou la Lorraine). En outre, les populations locales des deux côtes vivaient de nombreuses interrelations de sorte que se formait une seule société frontalière faite d’abord de pratiques partagées. Évidemment, cela valait encore davantage pour les frontières entre les territoires : omniprésentes au point que le juriste Justus Möser écrivit en 1770 que chaque territoire de l’Empire ne serait en fait « que frontière », les limites territoriales constituaient un élément structurant de première importance. Souvent à peine marquées par des bornes, mais parfois aussi par des dispositifs plus importants appelés Landwehr ou Landheeg (sortes de remblais parcourant le paysage), elles reliaient autant qu’elles séparaient. D’une part, leur intégrité – conçue comme l’un des marqueurs de la supériorité territoriale – était défendue par les autorités avec persévérance (ce qui donna lieu à une multitude de conflits frontaliers) ; d’autre part, elles formaient des zones de contact entre les populations locales et étaient aisées à franchir, grâce au droit accordé à tous les sujets de se déplacer librement à l’intérieur de l’Empire (cf. jus emigrandi).

Les frontières territoriales se recoupaient avec une abondance d’autres frontières : confessionnelles (les territoires ne coïncidant que partiellement avec les ressorts des confessions, cf. cujus regio, ejus religio) et ecclésiastiques, seigneuriales, juridiques (par exemple le Weichbild délimitant le ressort d’un tribunal urbain) et administratives, économiques (douanes, droit d’escorte) et monétaires ; en revanche, elles n’étaient que rarement des frontières linguistiques.

Problèmes de traduction : Le mot « frontière » évoquant facilement une démarcation linéaire et incontestée, contrôlée par les autorités, le terme « limite » se prêterait davantage à une conception plus souple des délimitations extérieures et intérieures du Saint-Empire. En menant cette logique à son terme, il conviendrait même de parler de « lisières ». Toutefois, les contemporains autant que les historiens parlent habituellement de Grenze en allemand, et il semble donc approprié de traduire tout simplement par « frontière ».

FB