Konfession

Traduction proposée : confession

Traductions alternatives : /

Définition : Central pour comprendre et désigner le règlement particulier des scissions au sein du christianisme dans l’Empire, ce terme est d’un usage redoutable tant sa polysémie est l’héritière même de son histoire. Une confession, c’est d’abord un texte – la Confessio Augustana (Confession d’Augsbourg) par laquelle en 1530 les théologiens proches de Luther résumèrent leurs positions, dans un esprit de conciliation, pour qu’elles soient présentées à la Diète et à l’Empereur. Les catholiques et les luthériens (profession de foi tridentine, et catéchisme de Heidelberg) adoptèrent également ces textes permettant, par le biais du serment, d’obliger un personnage public à se conformer à la bonne doctrine. Une confession est aussi d’emblée une figure juridique : la Confessio Augustana devient par exemple en 1555 le texte permettant à ceux qui s’en réclament de bénéficier des droits accordés, dans l’Empire, aux luthériens ; les autres protestants en sont exclus. Plus généralement, la « confession » désigne chacune des religions légales et les droits qu’elle possède dans l’Empire. Progressivement enfin, la « confession » recouvre une réalité multiforme, faite de spécificités religieuses, de définitions juridiques, de distinctions culturelles et sociales.

Dans tous les cas de figure, le terme fait référence au contexte spécifique de l’Empire, renvoie à cette intersection entre le politique, le juridique, le religieux et le social, et ne prend tout son sens qu’au regard de la coexistence entre deux, puis trois confessions égales en droit. Une confession n’existe que par rapport aux autres et dans les cadres juridiques particuliers de leur coexistence (distinction exercice public/liberté de conscience, importance de la possessio, parité, etc.) ; c’est par exemple dans ce cadre qu’il est obligatoire de leur donner leur nom légal (catholiques romains ; tenants de la Confession d’Augsbourg) et non de parler d’hérétiques ou de papistes. Il n’est donc pas nécessaire de l’utiliser partout (une partie de l’activité théologique et pastorale, dont les paix de religion ne parlent pas et qui a interdiction de commenter la paix, n’est pas à proprement parler « confessionnelle ») ni pour tous (les communautés juives ne forment pas une « confession » dans l’Empire) et il est délicat de l’appliquer sans examen à d’autres contextes, comme la France.

Problèmes de traduction : Ils découlent ici de l’apparente limpidité du mot, qui peut sembler gommer son inscription précise et complexe dans le contexte du Saint-Empire.

CD