Kreis (Reichs-, Ritter-, etc.)

Traduction proposée : Cercle (d’Empire, de la chevalerie, etc.)

Traductions alternatives : /

Définition : Le mot « cercle » est omniprésent dans la vie politique du Saint-Empire, en renvoyant à plusieurs réalités différentes : d’abord à celle des Cercles d’Empire (Reichskreise), créés dans le cadre de la Réforme de l’Empire lors de la Diète d’Augsbourg en 1500. D’abord au nombre de six (Cercles de Bavière, de Souabe, du Haut-Rhin, du Bas-Rhin-Westphalie, de Franconie et de Basse-Saxe), ils furent complétés en 1512 par quatre autres (Cercles de Bourgogne, d’Autriche et de Haute-Saxe ainsi que le Cercle électoral du Rhin). Élément central de la constitution de l’Empire, les Cercles furent organisés selon le modèle des diètes (Kreistage – diètes de Cercle), en se réunissant dans des assemblées formées par les représentants des territoires et villes appartenant au Cercle concerné et convoquées par un « prince convoquant » (kreisausschreibender Fürst). Les compétences des Cercles étaient larges, allant de la levée des impôts d’Empire à l’exécution des décisions des tribunaux impériaux (Chambre de Justice Impériale, Conseil impérial aulique), de la garantie de la Paix publique perpétuelle et l’organisation de la défense de l’Empire (par la formation d’une armée propre à chaque Cercle) à un ensemble plus ou moins complet de mesures prises dans le cadre de la « bonne police » (construction des routes, politique monétaire, organisation du commerce, précautions en cas d’épidémies, lutte contre la criminalité et le vagabondage, etc.). Leur activité réelle pourtant fut, selon les régions, très différente : au sud et à l’ouest de l’Empire, donc dans ses parties les plus morcelées, les Cercles furent des acteurs d’une importance primordiale ; à l’est et au nord, en revanche, dominés par des territoires de taille plus conséquente (le Brandebourg, la Saxe) leurs actions se sont peu à peu éteintes au cours du 18e siècle. Enfin, certains territoires sont de tous les temps restés en dehors des Cercles : c’est notamment le cas de la Bohème et de ses fiefs (Silésie, Moravie, les deux Lusaces), mais aussi des membres de la Confédération helvétique, de l’Italie impériale et de l’ensemble des territoires de la chevalerie immédiate d’Empire.

Des « cercles » existaient pourtant également à d’autres niveaux : la chevalerie immédiate, justement, était organisée depuis 1577 en des Ritterkreise (cercles chevaleresques). Enfin, certains découpages administratifs recouraient eux aussi à ce terme : ainsi, en Saxe électorale, les circonscriptions de l’administration intermédiaire (entre l’administration centrale et les Ämter) furent appelées Kreise.

Problèmes de traduction : De même que pour le mot diète, on pourra adopter la convention réservant la majuscule aux Cercles d’Empire, et utilisant la minuscule pour tous les autres types de cercles. Pour les Reichskreise, on trouve parfois la traduction « cercle impérial » – expression qui risque cependant d’associer ces institutions trop étroitement au pouvoir impérial, alors qu’elles étaient d’abord des associations de territoires.

FB