Kurfürst

Traduction proposée : prince-électeur

Traductions alternatives : électeur

Définition : L’Empire est une monarchie élective – bien que tous les titulaires de la dignité impériale à l’époque moderne, à une exception près (de 1742 à 1745), aient appartenu à la seule dynastie des Habsbourg. Le nombre et la fonction des princes-électeurs sont fixés en 1356 par la Bulle d’Or. Ils élisent l’Empereur selon un rituel immuable. La principauté qui supporte la dignité (rarement tous les pays d’un électeur) est indivisible et donc soumise à la primogéniture, qui ne devient commune pour les autres principautés qu’au 17e siècle.

Le nombre des électeurs, dans la Bulle d’Or, est de sept, revêtant les archi-offices d’Empire : trois ecclésiastiques, les archevêques de Mayence, de Cologne et de Trèves ; quatre laïques, le roi de Bohême, le comte palatin, le duc de Saxe et le margrave de Brandebourg (l’archiduché d’Autriche n’est pas un électorat). À l’époque moderne toutefois le nombre varie. La Bohême n’exerce pas sa prérogative avant le début du 18e siècle, la Bavière obtient l’électorat en 1623 en substitution du Palatinat et le conserve quand le Palatinat recouvre sa dignité en 1648. Le Brunswick-Lunebourg (ou Hanovre) devient électorat en 1692 – et le prince-primat puis le duché sécularisé de Salzbourg, la Hesse-Cassel, la Bade et le Wurtemberg acquièrent la dignité électorale (Kurwürde) en 1803 à la suite du décret de la députation d’Empire, portant le nombre à dix jusqu’à la fin de l’Empire en 1806.

Les princes-électeurs occupent une place éminente dans l’Empire. Réunis avec l’Empereur, ils forment la majestas imperialis. À la Diète, ils constituent le premier des trois collèges. Il arrive que l’Empereur les réunisse seuls, en une diète électorale (Kurfürstentag), par exemple pendant la guerre de Trente Ans. Lorsqu’ils parviennent à unir leurs intérêts et que l’Empereur s’appuie sur eux, les électeurs ne sont pas loin d’incarner l’Empire. Mais les princes contestent leur prééminence, surtout après la paix de Westphalie, en particulier à la Diète. Eux-mêmes sont divisés par la différence confessionnelle autant que par leurs intérêts politiques centrifuges (l’électeur de Saxe est roi de Pologne de 1697 à 1763, l’électeur de Brandebourg est roi en Prusse après 1701, celui de Hanovre règne au Royaume-Uni après 1714) et ils comptent de moins en moins, en tant que corps collectif, sur la scène politique impériale.

Problèmes de traduction : On évitera le terme d’« électeur » seul – sauf après avoir parlé de « prince-électeur » et pour éviter la répétition. On emploie « électorat » (Kurfürstentum) pour le territoire d’un électeur, mais aussi parfois pour la dignité elle-même. La forme courte Kursachsen se traduit par « la Saxe électorale » (distinguée des autres duchés saxons) ; pour les autres on conserve Kurmainz = « l’électorat de Mayence ». S’agissant des ecclésiastiques l’usage est d’écrire « l’archevêque-électeur de Cologne ». L’adjectif « électoral » se rapporte au prince-électeur pour autant que le contexte en réduise la polysémie.

CD