Leibeigenschaft

Traduction proposée : servage

Traductions alternatives : servitude

Définition : Le servage désignait une pluralité de statuts impliquant la dépendance permanente, héréditaire et plus ou moins étroite vis-à-vis d’un seigneur. Dans la plupart des cas, cette dépendance personnelle comportait des restrictions apportées à la liberté de circulation et de mariage ainsi que des obligations de service et des charges particulières. Cependant, dans son usage médiéval et moderne, le concept de servage était marqué par une grande indétermination sémantique. Dans l’espace germanophone, l’adjectif « leibeigen » était employé avec des acceptions très différentes qui pouvaient considérablement varier même d’un village à l’autre. Il faut d’ailleurs prendre en compte de fortes différences régionales. Dans les territoires du sud-ouest de l’Empire, dès le 16e siècle, le servage avait perdu son importance comme instrument de pouvoir seigneurial et économique. En Bade et en Wurtemberg, par exemple, le serf s’était progressivement mué en sujet et le servage observé tout au plus comme un à côté symbolique. Pourtant, dans certains territoires au long du Rhin supérieur (Wildfang), cette institution constituait encore l’instrument d’un politique visant à l’arrondissement et à l’expansion territoriale. Par ailleurs, sur les grandes propriétés foncières à l’est de l’Elbe, la condition servile des paysans conserva son importance sociale et économique jusqu’au 19e siècle.

Pour pouvoir juger des images évoquées par le terme parmi les contemporains, il importe de savoir que – contrairement à son acception en haut-allemand contemporain – le haut-allemand de l’époque moderne ne désigne pas par « leib » uniquement le corps matériel, mais aussi la vie, ou bien le fait d’être vivant. Alors que la valeur émotionnelle attribuée au terme de « Leibeigener » dépendait toujours de chaque contexte, on sait que le terme était souvent connoté d’émotions très fortes. C’est surtout à la suite de la guerre des Paysans allemands que le terme a fait de plus en plus l’objet de polémiques d’ordre politique et sociale.

Afin de pouvoir traiter de ces questions en langue latine, les praticiens du droit avaient depuis le 16e siècle revalorisé les mots romains de la dépendance, en les employant comme des miroirs où refléter les différents concepts qu’avait développés le langage juridique médiéval. Indépendamment des similitudes ou des différences que les juristes trouvaient entre ces concepts, les catégories romaines étaient ainsi devenues une référence majeure pour l’ensemble de la littérature juridique au sujet du servage. Cependant, plutôt que par le droit des esclaves, la romanisation du servage allemand s’est faite sur la base du droit du colonat, car, pour la majorité des commentateurs, la liberté sous conditions des colons romains (ascriptii, censiti) semblait beaucoup mieux correspondre aux serfs modernes que le statut de dépendance absolu du « servus » romain.

Problèmes de traduction : Nous proposons de traduire Leibeigenschaft par « servage », le terme communément employé dans l’historiographie. Une traduction par « servitude » est envisageable là où les sources emploient Leibeigenschaft de façon polémique ou dénonciatrice.

LS