Reichsitalien

Traduction proposée : Italie impériale

Traductions alternatives : parties italiennes du Saint-Empire ; réseau vassalique de l’Empire en Italie

Définition : Bien qu’héritière du Regnum Italiae (dont l’Empereur Charles Quint fut le dernier à être couronné roi par le pape en 1530), l’Italie impériale faisait partie ­– comme la Lorraine, les Pays-Bas espagnols, les pays de la Couronne de Bohème ou la Suisse – des zones marginales de l’Empire qui, tout en appartenant au même réseau vassalique d’origine médiévale, ne furent qu’imparfaitement (voire pas du tout) intégrées dans les institutions impériales mises en place après la Réforme de l’Empire à la fin du 15e et au début du 16e siècles. À l’exception de la Savoie, qui appartenait à un Cercle d’Empire (celui du Rhin-Supérieur) et conférait à ses princes même le droit de siéger et de voter à la Diète, la plupart des potentats du nord de la péninsule italienne n’étaient ainsi liés à l’Empire que dans la mesure où ils avaient reçu leur territoire ou une partie de celui-ci en fief de l’Empereur et de l’Empire.

Ces liens parfois très faibles ont pour conséquence qu’il est difficile de définir avec certitude qui parmi ces princes et villes fut effectivement soumis à la vassalité impériale. Il y a quelques cas certains : outre la Savoie, les duchés de Milan, de Mantoue et de Montferrat, la ville de Sienne et les possessions des Este à Modène, Ferrare et Reggio di Emilia. De même, Lucques et la république de Gênes furent considérées par beaucoup de juristes modernes comme villes d’Empire – même si cette qualité, notamment dans le cas génois, fut contestée par d’autres. Le cas de Florence est encore plus compliqué : les diplômes qui, dans les années 1530, le créent en duché pour les Médicis par Charles Quint, parlent certes d’une vague suzeraineté impériale ; celle-ci fut pourtant rapidement mise en question par l’élévation du duc au rang de grand-duc par le pape en 1569. Néanmoins, Florence retrouve régulièrement une proximité relative avec l’Empire (sortie définitivement de l’orbite impériale en 1737, le duché de Toscane devient ainsi très proche de l’Empereur, son prince François de Lorraine revêtant la dignité impériale de 1745 à 1765). Enfin, le duché de Parme et de Plaisance était d’une part issu du duché de Milan (incontestablement un fief impérial) mais, d’autre part, créé en 1512 comme principauté héréditaire par le pape Jules II Farnèse au bénéfice de sa propre famille. Après d’interminables disputes entre juristes impériaux et pontificaux, sa suzeraineté impériale ne fut finalement reconnue qu’en 1718.

Mais, outre ces territoires relativement grands, l’Italie impériale était surtout formée par une quantité importante de micro-territoires (on parle de 250 à 300 fiefs possédés par 50 à 70 familles, par exemple Campo Fredo, San Remo ou San Stefano) se situant souvent dans les régions montagneuses et peuplés de quelques milliers d’habitants seulement. Nombre d’entre eux étaient de surcroît des condominats. Constamment menacées de médiation par leurs voisins plus puissants, ces petites seigneuries ressemblaient beaucoup aux possessions, elles aussi souvent minuscules, des chevaliers immédiats d’Empire. Pour les uns comme pour les autres, les liens avec l’Empire (qui s’exprimèrent par exemple par un usage fréquent et massif des tribunaux impériaux) furent par conséquent vitaux. L’instauration d’un plénipotentiaire impérial, au 18e siècle, facilita la communication entre ces lopins féodaux et les centres de l’Empire à Vienne, Ratisbonne, Spire ou Wetzlar – ce qui montre d’ailleurs bien que l’appartenance impériale n’est finalement pas une question théorique et juridique mais celle d’un réseau relationnel mis en action et réactualisé constamment par les acteurs qui le constituent.

Notons enfin que certaines parties de l’Italie du Nord n’ont jamais appartenu à l’Empire (c’est notamment le cas de Venise et des États pontificaux) et que l’Italie impériale n’est pas synonyme de l’Italie « autrichienne » (composée notamment du royaume de Naples et du grand-duché de Toscane).

Problèmes de traduction : /

FB