Reichspatriotismus

Traduction proposée : patriotisme d’Empire

Traduction alternative : patriotisme impérial

Définition : Aussi étonnant que cela puisse paraître, et alors même que les contemporains l’emploient eux-mêmes, il est extrêmement difficile de définir ce terme dès lors que l’objet même du patriotisme fait question. On pourrait proposer comme définition de départ celle d’un sentiment d’appartenance des membres de l’Empire, et d’attachement à cet Empire lui-même. Mais cette définition pose d’emblée plusieurs questions auxquelles il n’est pas aisé de répondre. Quel est en effet précisément l’objet de ce patriotisme : la constitution de l’Empire, la personne de l’Empereur lui-même ? Par ailleurs, s’agit-il là véritablement d’un sentiment d’appartenance – ce dont on peut en fait largement douter – ou plutôt d’une volonté, celle de défendre son système politique et juridique, peut-être même dès lors d’un « choix politique », celui de la protection de la constitution impériale et des libertés qu’elle garantit ?

Plus qu’un sentiment uniforme et homogène, le patriotisme d’Empire apparaît davantage comme un ensemble protéiforme de convictions et de sentiments, changeant dans le temps et selon les acteurs qui s’en réclament, comme une sorte de « mot d’ordre » pour la défense, l’unité ou la survie de l’Empire. Le patriotisme d’Empire des feuilles volantes de la fin du 17e siècle qui louent l’action de l’Empereur et du Prince Eugène contre les Turcs n’est sans doute pas celui de la publicistique d’Empire du 18e siècle, très attachée à la constitution de l’Empire.

Un autre point qui fait débat est celui de la vigueur de ce sentiment, et surtout de sa transformation dans le temps : plus qu’une lente mais constante décadence qui aurait vu une substitution de ce patriotisme d’Empire à un sentiment d’appartenance aux différents territoires (la Prusse, la Bavière, la Saxe etc…), puis même à un sentiment « national » allemand, les historiens insistent désormais plutôt sur l’existence d’une succession de crises et de périodes de grande vitalité de ce patriotisme : ainsi apparaît-il particulièrement vigoureux au tournant des 15e et 16e siècles, durant la Guerre de Trente Ans, ou à la fin du 17e siècle. M. Wrede a souligné, quant à lui, l’importance de la menace « extérieure » (suédoise, puis surtout française et turque) dans la solidité de ce patriotisme.

Problèmes de traduction : Le terme « patriotisme d’Empire » est bien une traduction littérale du terme allemand, il garde dès lors toutes ses ambiguïtés : quel est, en effet, l’objet même de ce patriotisme dont il est question ?

SS