Reichsprälat

Traduction proposée : prélat d’Empire

Traductions alternatives : /

Définition : Le titre prélat d’Empire revenait à certains dignitaires de l’Église d’Empire (abbés et abbesses, prévôts et prieurs) dirigeant un couvent ou une abbaye (Reichsabtei, abbaye d’Empire), une chartreuse, un chapitre cathédral ou un Stift immédiats d’Empire. La matricule d’Empire de 1521 en comptait 83 dont le nombre s’est cependant réduit, à la suite de nombreuses médiatisations, sécularisations et échanges territoriaux, mais aussi d’élévations au rang de prince, à 40 en 1792. La plupart d’entre eux n’avaient pas une Virilstimme (« voix virile », c’est-à-dire une voix unique par membre) à la Diète mais étaient réunis dans deux curies votant chacune par une Kurialstimme (« voix curiale ») commune : le Collège des prélats d’Empire de Souabe (Schwäbisches Reichsprälatenkollegium) et le Collège des prélats d’Empire du Rhin (Rheinisches Reichsprälatenkollegium) dont le premier, notamment à cause d’une plus grande proximité géographique et d’une coopération plus étroite de ses membres, jouissait d’une influence plus élevée dans les instituions impériales (dès 1555, il envoie ainsi un représentant aux diètes de députation ; cf. députation d’Empire).

D’un moindre poids et d’un rang inférieur, les prélats d’Empire sont donc à distinguer des archevêques-électeurs et princes-évêques à la tête d’une principauté ecclésiastique. Certains d’entre eux réussissent pourtant à siéger au Collège des princes d’Empire (cf. prince), par exemple les abbés de Fulda, de Corvey et de Kempten ou les prévôts d’Ellwangen et de Berchtesgaden. De même, les abbayes de Saint-Emmeran et de Saint-Gall ont le rang de principautés-abbayes (Fürstabteien).

Problèmes de traduction : /

FB