Reichstaler

Traduction proposée : thaler d’Empire

Traduction alternative : /

Définition : Le thaler naît du double mouvement qui ajoute aux fines monnaies médiévales les lourdes espèces de l’âge moderne, et qui conduit à l’essor des monnaies d’argent à côté des pièces d’or. Entre 1450 et 1530, la production argentifère des mines d’Europe centrale quintuple, et les techniques de frappe se modernisent au cours du 16e siècle : c’est dans ce contexte qu’apparaissent dans le Tyrol, puis en Saxe et ailleurs, les « florins d’argent », grosses monnaies d’argent dont la valeur est de l’ordre de plusieurs jours de salaire. Et c’est en 1517 qu’ils sont si massivement copiés dans la petite ville de Joachimsthal (le val – Tal ou Thal selon l’ancien orthographe – de Joachim) qu’ils y prennent le nom de thalers.

Le vaste mouvement de Réforme de l’Empire définit la monnaie impériale à partir de cette monnaie d’argent. Les discussions, extrêmement techniques, sont menées au début du 16e siècle par une série d’instances : Diètes d’Empire bien sûr, mais aussi d’étonnantes diètes des Cercles d’Empire – ceux-ci, créés en 1500, disposant avec la compétence monétaire d’une expertise aussi rare qu’indispensable. En 1566, le thaler d’Empire est créé : il reprend le titre et le poids du « florin d’argent » saxon de 1500 (soit 9 pièces par marc d’argent) et assure sa valeur dans l’ensemble de l’Empire. Mais en se concentrant sur le thaler, la politique monétaire impériale délaisse les autres métaux. On trouve là l’une des explications de la grande dépréciation monétaire du début du 17e siècle (ou crise du Kipper und Wipper) : les territoires, laissés libres de frapper les petites espèces monétaires, auraient exagérément multiplié celles-ci en particulier pour financer les entreprises guerrières de la Guerre de Trente ans. De même, les territoires sont libres de frapper des subdivisons du thaler d’Empire : c’est ainsi que plusieurs d’entre eux frappent, après les traités de Westphalie, des thalers au titre d’argent plus faible (mais qui, présentés comme des portions de thalers, ne contredisent pas l’ordonnance impériale de 1566), ou que la Prusse, en 1750, invente un thaler d’Empire dont on frappe 14 pièces par marc d’argent qui, bien après la fin de l’Empire en 1806, sera repris comme unité monétaire du Zollverein.

Monnaie réelle, le thaler d’Empire est aussi une monnaie de compte, unité utilisée par les marchands dans leurs livres sans qu’elle corresponde directement à des espèces métalliques. Tout comme le thaler réel, cette monnaie de compte ne jouit d’aucun monopole : dans leurs écritures, les négociants peuvent tout aussi bien utiliser la livre flamande ou le marc de Lübeck, par exemple.

Problème de traduction : Guère de problème de traduction mais (comme souvent en matière monétaire à l’époque moderne) de très gros problèmes d’identification. S’agit-il de monnaie de compte ou de monnaie réelle ? Et, s’il s’agit de monnaie réelle, est-on bien en présence de thalers d’Empire, ou bien de l’une des innombrables pièces qui le copient ou le contrefont, que ce soit dans ou hors de l’Empire ? La rixdale, par exemple, renvoie au Rijksdaalder néerlandais (même si celui-ci s’inspire effectivement du thaler) ; le dollar, autre dérivé connu du thaler, renvoie lui d’abord à des pièces espagnoles… et la circulation des monnaies contribue aussi à la confusion : ainsi, dans les trésors hauts-allemands du 16e siècle, un thaler sur deux est en fait originaire des Pays-Bas.

VD