Reichsvikar

Traduction proposée : vicaire d’Empire

Traductions alternatives : vicaire de l’Empire ; vicaire impérial

Définition : Les vicaires d’Empire existent dès le Moyen Âge, où ils incarnent encore plusieurs réalités juridiques :

  1. Ils étaient d’une part des représentants régionaux du pouvoir impérial (vicarii imperii), en particulier dans certains territoires éloignés, dits königsfern (Lorraine, Flandre, Savoie, Bohême…). Ils sont attestés pour la première fois sous l’empereur Frédéric II et disparaissent, sous cette forme, au 15e siècle.
  2. Ils étaient d’autre part les représentants de l’Empereur en cas de vacance du trône impérial, généralement entre la mort du dernier Empereur et l’élection du nouveau (interrègne). Ces vicaires-ci sont parfois nommés Reichsverweser (provisores imperii). Leurs fonctions d’administrateurs de l’Empire furent réglementées essentiellement par la Bulle d’Or (1356) et les capitulations électorales ultérieures : ils avaient notamment le droit d’administrer la justice, de donner l’investiture de certains fiefs d’Empire, de nommer à des bénéfices ecclésiastiques (Königspfründen par ex.), de convoquer une Diète, etc. Les Reichsverweser perdurent toute la période moderne.

La Bulle d’Or instituait deux vicaires d’Empire perpétuels : le comte palatin du Rhin pour les pays rhénans, souabes et franconiens (soit les futurs Cercles d’Empire correspondants, à quelques exceptions territoriales près) ; et le duc de Saxe pour les pays de droit saxon (futurs cercles de Basse et Haute-Saxe). Néanmoins, en vertu de l’union personnelle des deux Palatinats, rhénan et bavarois, entre les mains des Wittelsbach jusqu’en 1294, le vicariat d’Empire (Reichsvikariat, Reichsverweserschaft) attribué au Palatin rhénan (branche aînée des Wittelsbach) fut durablement contesté par le duc de Bavière (branche cadette). Cette querelle connut une étape décisive en 1623 quand, après que l’électeur palatin Frédéric V fut mis au ban de l’Empire (Reichsacht), le vicariat du Palatin fut transféré à la lignée bavaroise, restant ainsi une pomme de discorde entre l’électeur palatin et le duc de Bavière jusqu’au 18e siècle (exercice du vicariat en alternance entre le Palatin et le Bavarois à partir de 1748/1752, avant la réunion des possessions Wittelsbach en 1777).

Outre ces deux vicariats d’Empire, il en existait pour l’époque moderne un troisième, dit per Italiam, revendiqué par le duc de Savoie à partir de 1582 (Diète d’Augsbourg). Bien que la Savoie parvînt à faire inscrire ce vicariat d’Empire « pour toute l’Italie » dans la capitulation électorale de 1657-1658, les compétences de celui-ci demeurèrent floues durant toute la période. Le duc de Savoie y gagna surtout un titre honorifique, fondateur de sa préséance revendiquée sur les autres princes italiens.

Problèmes de traduction : Pour des questions d’élégance, on préférera parler de vicaire d’Empire pour telle région (plutôt que de telle région). Si on peut à l’occasion, pour éviter une énième répétition, parler de « vicaire impérial », on évitera à tout prix de désigner le vicaire d’Empire pour l’Italie par le raccourci « vicaire savoyard » : en français, cette expression renvoie en effet immanquablement à La Profession de foi du vicaire savoyard (J.‑J. Rousseau, Émile ou De l’éducation, livre IV), qui est sans rapport aucun avec le Reichsvikar per Italiam.

JG