Schultheiss

Traduction proposée : écoutète

Traduction alternative : avoyer ; bâtonnier (pour Stabhalter)

Définition : Le mot Schultheiss (Schulz, Scholz, scultetus en latin), dérive du mot Schuld (dette). L’écoutète est au départ le chef d’une juridiction, employé par une autorité territoriale pour diriger les populations soumises à cette juridiction (qui généralement se réfère à la basse justice*, alors que la haute justice* est confiée au Vogt). Dans les campagnes, le Schultheiss est le responsable au plus bas échelon communal (Fleck, Markt, Dorf). Les lettres produites par les villages sont ainsi généralement signées par un « Schultheiss und Gericht », pendant rural du « Bürgermeister und Rat ». Outre les pouvoirs de basse justice, il possède souvent, à son échelle, également des fonctions politiques et économiques.

Le terme d’écoutète n’est cependant pas circonscrit aux bourgades sans droit urbain, mais existe également dans des grandes villes comme Strasbourg, Francfort ou Schwäbisch Hall ainsi qu’en Suisse. Il correspond à une juridiction ancienne, héritée de l’ancien seigneur épiscopal notamment mais pas exclusivement. À Strasbourg, les « bourgeois de l’écoutète » sont sous la protection de celui-ci, qui relève encore de l’évêque, et ils ne bénéficient pas des mêmes droits que les bourgeois « de la ville ». La ville de Francfort fait quant à elle le choix d’acheter en 1373 l’écoutétat (Schultheissamt) au lieu de supprimer la fonction ; un membre de la ville occupe ainsi cette fonction. Selon les villes, le Schultheiss est un des grands personnages de la vie politique, ou occupe au contraire une fonction anecdotique et honorifique.

Problèmes de traduction : La difficulté principale d’une traduction différente d’écoutète (comme « maire » « prévôt » ou « bailli ») est la confusion possible avec les autres termes – Vogt, Probst, Bürgermeister, Ammann, Stettmeister... – qui peuvent parfois être de simples variantes régionales, ou indiquer une autre fonction. Dans le doute, il est ainsi préférable soit de garder le mot original (Schultheiss), soit  d’utiliser le calque francisé, certes rare, mais disponible, et doté des mêmes ambivalences que sa forme allemande, et de garder les traductions possibles et avérées de bailli pour Vogt, de prévôt pour Probst, de bourgmestre, stettmestre et ammestre. Le mot Ammann reste en revanche difficile à traduire. Il existe cependant une traduction concurrente avec le terme d’avoyer, utilisé en Suisse francophone pour traduire Schultheiss (qui désignait jusqu’en 2007 l’actuel Regierungspräsident du canton de Lucerne et qui est une forme francisée d’advocatus/Vogt) : faut-il maintenir la double traduction (et perpétuer la frontière historiographique entre Suisse et Empire) ou faire la promotion d’un seul terme, là est la question… L’office, le Schultheissenamt, est traduit par « écoutétat » mais est quasiment inusité.

JDDL