Wildfang

Traduction proposée : Wildfang

Traductions alternatives : droit d’aubaine

Définition : Le droit régalien du Wildfang permettait aux comtes Palatins du Rhin de réduire au servage certaines personnes s’établissant dans la région palatine après un an et un jour de résidence. Outre un serment de fidélité à l’électeur palatin, cette forme de servage comportait de nombreuses obligations pécuniaires, comme des droits de prise (Fanggulden), de chevage (Leibzins), de formariage (Ungenossen), de mainmorte (Besthaupt ou Watmal), ou de détraction (Nachsteuer) ainsi que des corvées. Étaient susceptibles d’être pris pour Wildfang tous les étrangers, bâtards et hommes âgés non mariés (Hagestolze) s’installant dans la zone d’influence des baillis palatins dans les territoires avoisinant le Palatinat. En pratique, pourtant, les baillis laissaient souvent carte blanche à leurs agents qui à leur tour asservissaient des villages entiers pour en extorquer des redevances.

En principe, une telle pratique n’avait rien d’insolite dans l’Europe moderne. Alors qu’en France le droit d’aubaine, comparable au Wildfang, était toujours resté une prérogative royale, dans le Saint-Empire les étrangers étaient souvent assermentés par les officiers des États territoriaux. Ce qui rendait la pratique du Wildfang des électeurs palatins si problématique était son étendue spatiale. Il ne s’appliquait pas seulement au territoire palatin – où le servage était pratiquement lettre morte au 17e siècle – mais à un espace bien plus grand, défiant ainsi les seigneurs territoriaux voisins.

Quand le droit fut renouvelé après la guerre de Trente Ans pour des raisons fiscales et politiques, les états d’Empire voisins s’y opposèrent avec un acharnement croissant. Réunis dans une alliance, ils essayèrent d’abord de se défendre au moyen de démarches diplomatiques auprès de l’Empereur et de la Diète d’Empire, ensuite par une bataille de plumes et enfin, en 1665, par les armes. Une sentence arbitrale prononcée en 1667 par des envoyés des rois de France et de Suède ne fit pas beaucoup d’effet. Les baillis continuaient à importuner les serfs comme avant. Bien que moins virulents, les différends liés au Wildfang se prolongèrent ainsi jusqu’à la fin du 18e siècle. L’importance de la querelle du Wildfang pour l’histoire générale nous semble résider cependant moins dans sa dimension politique que dans le fait qu’elle présente une des très rares occasions où le servage a fait l’objet d’un débat public à l’échelle du Saint-Empire.

Problèmes de traduction : Traduisible à la fois par  « prise de la chasse » et par l’activité même de la chasse au gibier, le terme pose des problèmes de traduction considérables. Puisque aucune de ces traductions n’est satisfaisante, nous proposons d’utiliser le terme allemand. Une traduction par « droit d’aubaine » est envisageable, mais risque d’offusquer l’affinité de ce droit avec le servage.

LS