gefürstet

Traduction proposée : élevé au rang de prince (ou de principauté)

Traductions alternatives : /

Définition : Le rang de Fürst (prince) désigne les membres de la très haute noblesse du Saint-Empire (avec, en son sein, des différenciations supplémentaires, par exemple celle qui distingue les princes-électeurs de l’ensemble des autres princes). Devenir prince était donc le désir de la plupart des membres de la noblesse supérieure allemande. Deux voies s’offraient : d’une part la réception en fief d’une principauté (soit d’un territoire considéré depuis toujours comme Reichsfürstentum tels les margraviats de Brandebourg et de Meißen ou bien le comté palatin du Rhin, soit d’un territoire élevé lui-même au rang de principauté, comme en 1719 lors de la réunion du comté de Vaduz et de la seigneurie de Schellenberg en une principauté de Liechtenstein) ; d’autre part l’attribution personnelle du titre de « prince » à un noble ou un dignitaire dont le fief gardait par ailleurs sa qualité initiale (pour être reconnu comme membre à part entière de la hiérarchie princière du Saint-Empire, il fallait cependant, si ce n’était pas déjà le cas, acquérir également un territoire immédiat, cf. prince titulaire).

C’est à cette deuxième possibilité que se réfère le terme « gefürstet ». Il s’appliquait le plus souvent à des comtes ou des prélats et abbés impériaux (cf. abbaye d’Empire) qui furent élevés au rang de prince, tout en restant à la tête d’un territoire (ou d’une charge) dont le caractère n’avait pas changé. On parlait donc par exemple d’un « gefürsteten Grafen » (comte élevé au rang de prince) ; de même le nouveau titre se reportait au territoire qui s’appelait désormais « gefürstete Grafschaft » (comté élevé au rang de principauté). Dans une société parcourue de querelles de rang et de conflits de préséance, les intéressés firent immédiatement usage de ce changement de statut pour se démarquer de leurs anciens pairs ; par contre, les princes de tradition plus ancienne refusaient de les reconnaître comme leurs égaux, du moins dans un premier temps.

À l’époque moderne les élévations de rang furent un phénomène relativement fréquent – par exemple Henneberg (1310, 1474), Frise orientale (1662), Thurn und Taxis (1695), Schwarzbourg (1697/1710), Waldeck (1712), Reuss (1778, 1790) – de sorte qu’un grand nombre de ceux qui étaient à la tête de territoires immédiats revêtaient à la fin du Saint-Empire le rang de prince. Des exceptions existent pourtant, par exemple la maison de Nassau qui, à plusieurs reprises, essaya aux 17e et 18e siècles d’accéder à cette dignité, en vain.

Problèmes de traduction : Contrairement à l’allemand (« fürsten »), le français ne connaît pas de verbe désignant l’élévation d’un noble de rang inférieur au rang de prince. Il convient donc d’user d’une périphrase : « élevé au rang de prince (ou de principauté) ». « Princifié » est en français trop péjoratif pour être retenu ici.

FB