itio in partes

Traduction proposée : itio in partes

Traductions alternatives : séparation des Corps

Définition : L’Itio in partes est instaurée par la paix de Westphalie et inscrit le principe de parité dans les procédures de la Diète d’Empire. En matière confessionnelle, catholiques et protestants devront se séparer en deux « Corps », le Corpus Catholicorum et le Corpus Evangelicorum réputés d’égale puissance, et parvenir à un compromis, une amicabilis compositio. La contestation, par les protestants, du principe majoritaire à la Diète (où les catholiques comptèrent toujours un nombre supérieur d’états d’Empire) a une longue histoire, scandée par la Protestatio de 1529 refusant les sanctions votées à la majorité contre Luther, et par la Diète de Ratisbonne de 1613 qu’ils quittèrent sans recès pour s’opposer à une nouvelle tentative catholique pour appliquer le principe majoritaire à propos de conflits confessionnels.

Toutefois, l’application de l’itio in partes reste longtemps théorique. L’Empereur, et dans une certaine mesure les princes-électeurs, s’opposent à une procédure qui contredit l’ordonnancement hiérarchique des trois collèges de la Diète. En outre, l’unité du camp protestant est faible, ne serait-ce que parce que leur Corpus doit faire cohabiter luthériens et calvinistes, deux confessions légales après 1648 mais souvent opposées. Ce n’est qu’à l’extrême fin du 17e siècle que le Corpus Evangelicorum parvient à se constituer en réalité politique. Réuni en « conférences » (Konferenz) régulières, il prétend au droit de présenter les plaintes (gravamina) de tous les protestants, voire d’employer la force pour y mettre bon ordre. Contestées par l’Empereur, ces entreprises ont un effet surtout politique : elles contribuent, par moments, à souder les protestants autour de la Prusse et donc à donner au sein de la Diète une traduction institutionnelle, sous une forme confessionnelle, au « dualisme » qui oppose de plus en plus les Hohenzollern aux Habsbourg.

Problèmes de traduction : Il semble préférable de conserver (comme pour le Corpus Evangelicorum) les termes latins, utilisés par les contemporains, et qui fournissent un degré suffisant à la fois de compréhension, et de spécificité (alors que « séparation des Corps » n’échapperait pas à une certaine ambiguïté).

CD