Obrigkeit

Traduction proposée : autorité/s

Traductions alternatives : supériorité

Définition : Terme central dans le contexte de l’exercice de la domination, l’Obrigkeit – mot dérivé du latin superioritas (la puissance supérieure) – désigne la position de supériorité politique qu’avaient notamment les princes et villes d’Empire sur le territoire qui était le leur. Contrairement à la seigneurie, l’autorité ne se justifie plus par des titres de droit particuliers et précis, mais se légitime d’elle-même. Si, parfois, les sources parlent cependant d’Ortsobrigkeit (« autorité/s locales/s »), elles se réfèrent en fait généralement aux représentants locaux de l’administration territoriale. À l’instar du terme Herrschaft, la notion d’Obrigkeit peut désigner à la fois le rapport de pouvoir abstrait qu’elle instaure et ceux qui le portent (personnes ou institutions). Établi dans le langage politique et juridique dès le 15e siècle, son champ sémantique n’embrasse en outre pas uniquement le droit d’exercer la domination mais aussi le devoir de le faire en respectant un certain nombre de règles juridiques et éthiques réunies dans l’idée du bien commun (gemeiner Nutzen, plus tard aussi Gemeinwohl). Dans ce sens, la pratique de l’autorité fut étroitement liée aux normes et instruments de la « bonne police ».

Considérée par la théorie politique moderne comme « donnée par Dieu » (une idée que la Reforme a encore renforcée), l’autorité constitue pour les sujets un rapport à vie qui est transmis de génération en génération (Erbuntertänigkeit = littéralement : « assujettissement héréditaire ») ; ce rapport doit cependant être régulièrement renouvelé symboliquement par le moyen d’un serment d’hommage (Huldigung) prêté collectivement au prince ou autre porteur du pouvoir. Contrairement à la supériorité territoriale, la notion d’« autorité » n’évoque pas nécessairement l’idée de la souveraineté (de sorte que beaucoup de comtes ou de petits princes dont les territoires en étaient restés à une étaticité incomplète pouvaient réclamer à bon droit la Landesobrigkeit dans leurs pays). Enfin, dans les interactions quotidiennes des acteurs, il faut distinguer les autorités ecclésiastiques (évêques, abbés, superintendants protestants, curés et pasteurs) des autorités laïques (Empereur, princes, seigneurs, conseils municipaux, etc.) – même si, notamment dans le cas des principautés ecclésiastiques, les unes pouvaient parfois être plus étroitement liées aux autres.

Problèmes de traduction : Souvent utilisé en allemand sous la forme d’un nom collectif, Obrigkeit ne peut pas toujours se traduire par un singulier en français. La Landesobrigkeit donnerait donc plutôt « les autorités territoriales », et la Stadtobrigkeit « les autorités municipales ». Quand il est question de l’autorité dans un sens plus abstrait (die höchste Obrigkeit = la plus haute autorité), il convient pourtant de recourir également en français au singulier ou d’utiliser le terme supériorité.

FB