Stift

Traduction proposée : Stift (avec une explication selon les contextes : ressort temporel, principauté ecclésiastique, collégiale…)

Traductions alternatives : /

Définition : Le terme Stift est polysémique. Le seul point commun à toutes les significations est de relier une institution ecclésiastique à l’exercice d’une domination temporelle. On parle donc de Stift (aussi Hochstift ou Erzstift) pour désigner le ressort temporel d’un évêque ou archevêque du Saint-Empire qui, outre sa qualité de dignitaire de l’Église catholique, est toujours aussi vassal de l’Empereur et donc prince à la tête d’une principauté ecclésiastique. Mais le terme désigne aussi de riches institutions ecclésiastiques, immédiates ou non, disposant de droits seigneuriaux importants. C’est le cas pour de nombreuses collégiales (souvent issus de couvents transformés, en particulier au 15e siècle, en communautés de séculiers), par exemple la collégiale Saint-Barthélémy (Bartholomäusstift) qui dessert dans la protestante Francfort l’église catholique où sont couronnés les Empereurs. Les chapitres de ces collégiales, ainsi que les chapitres cathédraux des principautés-évêchés et archevêchés-électorats, sont dans la majorité des cas peuplés de nobles chanoines défendant jalousement leur exclusivisme – voir Stiftsadel, noblesse chapitrable.

Ce lien entre institution ecclésiastique et domination temporelle a pu perdurer après le passage à la Réforme, et il y a donc des Stifte protestants : soit qu’ils aient conservé à la fois leur statut ecclésiastique et leur statut d’immédiateté et même d’état d’Empire (ils sont dans ce cas appelé Reichsstift = Stift d’Empire), comme la principauté-abbaye de chanoinesses de Quedlinburg ou la principauté-évêché de Lübeck, soit qu’ils aient été médiatisés et conjoints à des principautés laïques mais aient parfois conservé leur dénomination de Stift, comme Minden (à l’électeur de Brandebourg). La Saxe électorale, berceau de la Réforme, compte également encore au 18e siècle plusieurs Stifte (Merseburg, Naumburg, Wurzen, Meißen) qui ne circonscrivent pourtant plus que des parties territoriales ayant gardé une certaine autonomie politique et institutionnelle et qui sont d’ailleurs en partie gouverné, pendant plusieurs décennies, en tant que secundogénitures, par des princes issus de lignées collatérales de la famille régnante des Wettins.

Problèmes de traduction : Dans la France d’Ancien régime, aucune forme politique n’existe qui correspondrait au caractère constitutionnel et à la fonction d’un Stift. C’est pourquoi nous proposons de laisser ce terme non traduit, en lui rajoutant pourtant l’explication correspondant au contexte de son emploi.

FB/CD