Territorium

Traduction proposée : territoire

Traductions alternatives : /

Définition : Pour décrire les rapports complexes entre les différents acteurs politiques au sein du Saint-Empire et pour éviter d’employer le terme « État », les historiens parlent fréquemment des deux niveaux impérial et territorial qui constituent ensemble l’Empire en tant que réseau de relations et d’actions. Or, si le premier de ces niveaux est relativement facile à définir par les institutions qui le composent (l’Empereur, la Diète, les tribunaux d’Empire…), le second est plus difficile à saisir, à cause de la pluralité des formes qui le caractérisent au-delà d’un seul point commun : celui d’être toutes des vassaux de l’Empereur.

La notion de « territoire » ne se limite d’abord pas aux seules principautés car nombre d’entre eux n’ont pas cette qualité. Il y en a par conséquent des grands, des moyens et des petits – et même des minuscules comme les territoires de la chevalerie immédiate d’Empire ou des prélats d’Empire. Ces différences de taille ont des conséquences lourdes, notamment en ce qui concernent tous les éléments se référant à l’« étaticité » (force financière, capacité à avoir une politique autonome, à développer une politique étrangère ou une armée, etc.). En outre, elles correspondent à une large variété de statuts : dans la monarchie qu’est l’Empire, la plupart des territoires constituent eux-mêmes des monarchies, avec un roi, un prince, un duc, un margrave ou landgrave, un comte ou un baron, voire un simple seigneur (cf. seigneurie) héréditaire à leur tête. Certains sont pourtant, comme l’Empire lui-même, des monarchies électives (c’est notamment le cas des principautés ecclésiastiques). Mais il y a aussi des petites républiques urbaines, dominées par des oligarchies : les villes libres d’Empire qui, à leur tour, gouvernent souvent aussi un petit territoire qui les entoure.

Ensuite, pour définir le territoire, il ne suffit pas de se référer au critère de la Reichsstandschaft (qualité d’état d’Empire) ou à celui de la participation aux institutions impériales : le roi de Bohème par exemple, indéniablement l’un des territoires les plus importants de l’Empire, est certes le premier des électeurs laïcs, mais ne participe longtemps qu’aux élections et à aucune autre institution impériale (Diète, impôts impériaux, etc.). De même, les membres de la Chevalerie immédiate et les villages d’Empire ne sont pas représentés à la Diète, et les comtes ou les prélats d’Empire n’y figurent qu’au travers de voix collectives (ou Kurialstimmen, « voix curiales »).

Enfin, nulle part dans l’Empire, le « territoire » ne correspond à un petit « État nation » en formation qui, peu à peu, germerait autour d’un espace cohérent. Ce sont au contraire essentiellement des collections de droits féodaux et juridiques qui, presque jusqu’à la fin, ne suivent pas le principe de la continuité géographique mais celui d’un patrimoine aristocratique fait et défait au rythme des mariages, héritages, partages ou gages. Ce jeu des divisions et recompositions permanentes débouche sur d’apparentes bizarreries comme les condominats, mais aussi sur la persistance d’un grand nombre d’espaces qui, bien qu’ils aient été intégrés de jure dans un autre territoire, gardent de facto une large autonomie politique et institutionnelle. Les plus grands des territoires (l’Autriche, la Prusse, la Saxe, la Bavière, le Hanovre, etc.) ne sont ainsi souvent que des « monarchies composées », c’est-à-dire des réunions de plusieurs territoires sous une même couronne (en Saxe par exemple, on compte encore au 18e siècle treize régimes constitutionnels différents correspondant aux différents parties territoriales acquises par les princes-électeurs au cours du temps, tout en conservant souvent un statut particulier).

La coexistence de grands et petits territoires et le caractère composite de la plupart des territoires ont eu pour conséquence une omniprésence des frontières dont le nombre a encore été multiplié par le jeu complexe des exclaves et enclaves. La forme typique est donc celle du « territoire non clos » (territorium non clausum), c’est-à-dire l’enchevêtrement des espaces, l’irrégularité des frontières et l’absence d’une cohésion spatiale correspondant à une souveraineté entière.

Problèmes de traduction : /

FB