Réseau

Les porteurs du programme formation recherche (2012-2014):

Barbara Stollberg-Rilinger

Professeure d’histoire moderne à l’Université de Münster. Publications (entre autres) :

Falk Bretschneider

a obtenu son doctorat en 2005 à l’École des hautes études en sciences sociales Paris et à l’Université technique de Dresde. Depuis 2008 il est maître de conférences à l’EHESS. Ses recherches portent sur l’histoire sociale des pratiques pénales à l’époque moderne et l’histoire des espaces du Saint-Empire. Parmi ses publications : avec Christophe Duhamelle, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung 43 (2016) 4, pp. 703-746; avec Guillaume Garner et Pierre Monnet (dir.), « Le Saint-Empire à l’époque moderne/Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit » = Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales 14 (2013) (en ligne) ; (dir.), « Praxis der Grenze – Konflikte und Umgänge mit Territorialgrenzen im Alten Reich » = Jahrbuch für Regionalgeschichte 29 (2011), pp. 35-110. Site personnel

Christophe Duhamelle

a obtenu à l’université Paris 1 son doctorat en 1994 et son habilitation en 2006. Il est depuis 2008 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Ses recherches portent sur l’histoire sociale des confessions dans le Saint-Empire (conflits, coexistence, construction des distinctions et des espaces confessionnels). Parmi ses publications : avec Falk Bretschneider, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung 43 (2016) 4, pp. 703-746 ; avec Stéphane Baciocchi (dir.), Reliques romaines. Invention et circulation des corps saints des catacombes à l’époque moderne, Rome, École Française de Rome, 2016 ; La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éditions de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2010 (traduction allemande par Falk Bretschneider : Die Grenze im Dorf. Katholische Identität im Zeitalter der Aufklärung, Wurtzbourg, Ergon Verlag, 2018 ; avec Philippe Büttgen (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010. Page personnelle

GarnerGuillaume Garner

a obtenu son doctorat à l’université Paris Diderot-Paris 7. Il est maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon. Ses recherches portent sur les relations entre milieux marchands et autorités dans le Saint-Empire au XVIIIe siècle. Parmi ses publications : Guillaume Garner (dir.), Die Ökonomie des Privilegs, Westeuropa 16.–19. Jahrhundert. L’économie du privilège, Europe occidentale XVIe–XIXe siècles, Francfort/Main, Klostermann (Studien zu Policey, Kriminalitätsgeschichte und Konfliktregulierung), 2016; avec Falk Bretschneider et Pierre Monnet (dir.), « Le Saint-Empire à l’époque moderne/Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit » = Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales 14 (2013) (en ligne) ; avec Hélène Miard-Delacroix et Béatrice von Hirschhausen (dir.), Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2010; État, économie et territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique (1740-1820), Paris, Éditions de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2005. Page personnelle

Matthias Schnettger

a obtenu son doctorat à Münster en 1994 et son habilitation à Francfort-sur-le-Main en 2006. Il est depuis 2006 professeur d’histoire moderne à l’université Johannes-Gutenberg de Mayence. Ses recherches portent principalement sur l’histoire du Saint-Empire et de l’Italie, ainsi que sur les relations internationales et les processus d’échanges et de transferts dans l’Europe moderne. Parmi ses publications : avec Bettina Braun et Katrin Keller (dir.), Nur die Frau des Kaisers ? Kaiserinnen in der Frühen Neuzeit, Vienne, Cologne, Weimar, Böhlau, 2016 ; Principe sovrano“ oder „civitas imperialis“? Die Republik Genua und das Alte Reich in der Frühen Neuzeit (1556-1797), Mayence, Philipp von Zabern 2006; avec Marcello Verga (dir.), L’Impero e l’Italia nella prima età moderna/Das Reich und Italien in der Frühen Neuzeit, Bologne et Berlin, Il Mulino et Duncker & Humblot, 2006 ; (dir.), Imperium Romanum – irregulare corpus – Teutscher Reichs-Staat. Das Alte Reich im Verständnis der Zeitgenossen und der Historiographie. Mayence, Zabern, 2002. Page personnelle

 

Les auteurs de l’ouvrage « Le Saint-Empire, histoire sociale (XVIe-XVIIIe siècle) » paru en 2018 (voir ici) — outre Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle, Guillaume Garner et Matthias Schnettger:

Axelle Chassagnette a soutenu sa thèse de doctorat en 2009 au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours, UMR 7323). Elle est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2. Spécialiste d’histoire des sciences et des techniques de la première modernité (en particulier dans l’espace germanique), elle oriente actuellement ses recherches sur l’usage des images gravées dans la production et la circulation de l’information européenne (XVIe-XVIIe siècle, Geschichtsblätter de l’atelier Hogenberg à Cologne). Parmi ses publications : Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant, 1520-1620, Genève, Droz, 2018 ; « Les confessions à l’épreuve de la guerre : polémiquer par l’image dans les Flugblätter allemandes de la guerre de Trente ans », Bertrand Forclaz et Philippe Martin (dir.), Religion et piété au défi de la guerre de Trente ans, Rennes, PUR, 2015, pp. 53-70 ; « Le jeu des échelles. Le pouvoir et son inscription spatiale dans les cartographies et les descriptions du Saint Empire et de ses territoires au XVIe siècle », Astérion (10) 2012 (en ligne). Page personnelle

Vincent Demont a réalisé une thèse (2008, Université Paris 7-Denis Diderot, encore inédite) sur le marché nord-ouest européen de la joaillerie pendant la guerre de Trente Ans. Il est maître de conférences à l’université Paris-Nanterre. Ses recherches actuelles concernent l’articulation entre droit et économie dans les milieux marchands et commerçants d’Europe du Nord-Ouest. Parmi ses publications : avec Matthieu Scherman et Anne Wegener Sleeswijk (dir.), Le pouvoir des courtiers. Univers marchand et acteurs du courtage en Europe (XIVe-XVIIIe siècles), Paris, Presses de l’ENS, 2018 ; « Entre territoire juridique et réseau économique : le privilège et l’organisation de l’espace impérial par un groupe marchand du premier XVIIe siècle », Guillaume Garner (dir.), Die Ökonomie des Privilegs. Westeuropa 16.-19. Jahrhundert/L’économie du privilège, Europe occidentale XVIe-XIXe siècles, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2016, pp. 419-434 ; avec Vincent Meyzie (dir.), « Elites urbaines et constructions territoriales XVIe-XVIIIe siècles » = Histoire urbaine (40) 2014. Page personnelle

Thomas Dorfner a obtenu son doctorat en 2015 à l’université de Münster. Il a participé au projet Gottfried-Wilhelm-Leibniz « Vormoderne Verfahren » et est actuellement assistant au département d’histoire de la RWTH Aachen University. Ses travaux portent sur les activités économiques des Frères moraves (Herrnhuter Brüdergemeine) dans l’espace atlantique entre 1760 et 1818. Parmi ses publications : « Zwei Rituale, sie alle zu binden. Überlegungen zu den Lehnsinvestituren und der Rolle der Reichshofratsagenten (1650-1750) », Josef Bongartz, Alexander Denzler, Ellen Franke, Britta Schneider, Stefan A. Stodolkowitz (dir.), Was das Reich zusammenhielt. Deutungsansätze und integrative Elemente, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2017, pp. 39-54 ; Mittler zwischen Haupt und Gliedern. Die Reichshofratsagenten und ihre Rolle im Verfahren (1658–1740), Münster, Aschendorff, 2015 ; « Empfehlungen, die man nicht ablehnen kann ? Patronage und Empfehlungsschreiben am Reichshofrat (1658–1740) », Alexander Denzler, Ellen Franke, Britta Schneider (dir.), Prozessakten, Parteien, Partikularinteressen. Höchstgerichtsbarkeit in der Mitte Europas vom 15. bis zum 19. Jahrhundert, Munich, De Gruyter/Oldenbourg, 2015, pp. 137-153. Page personnelle

Naïma Ghermani a obtenu son doctorat en 2004 à l’université Lumière-Lyon 2. Elle est maîtresse de conférences à l’université de Grenoble-Alpes et a été membre junior de l’Institut Universitaire de France de 2012 à 2017. Ses recherches actuelles portent sur les migrations religieuses et le droit des personnes dans le Saint-Empire et en Suisse au XVIIe siècle. Parmi ses publications : avec Olivier Christin et Fabrice Flückiger (dir.), Marie mondialisée. L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées à l’époque moderne, Neuchâtel, Alphil, 2014 ; Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009. Page personnelle

Katrin Keller a obtenu son doctorat à l’université de Leipzig et son habilitation à Vienne. Depuis 2017 elle est directrice de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine de l’Académie des sciences d’Autriche. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes dans le Saint-Empire et dans l’Empire habsbourgeois, ainsi que sur l’histoire de la communication, des médias et de la culture aulique. Parmi ses publications : www.kaiserin.hypotheses.org (carnet de recherche) ; « Frauen und dynastische Herrschaft. Eine Einführung », Bettina Braun, Katrin Keller et Matthias Schnettger (dir.), Nur die Frau des Kaisers ? Kaiserinnen in der Frühen Neuzeit, Vienne, Cologne, Weimar, Böhlau, 2016, pp. 13-26 ; « Hüterin des Glaubens. Fürstin und Konfession in der zweiten Hälfte des 16. Jahrhunderts », Daniel Gehrt et Vera von der Osten-Sacken (dir.), Fürstinnen und Konfession. Beiträge hochadliger Frauen zur Religionspolitik und Bekenntnisbildung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2015, pp. 35-62. Page personnelle

André Johannes Krischer a obtenu son doctorat en 2005 et son habilitation en 2015 à la Westfälische Wilhelms-Universität de de Münster. Il enseigne au département d’histoire de cette université. Ses recherches portent sur l’histoire des villes d’Empire, la criminalité politique et le parlementarisme anglais. Parmi ses publications : « Das diplomatische Zeremoniell der Reichsstädte, oder : Was heißt Stadtfreiheit in der Fürstengesellschaft », Historische Zeitschrift 281 (2007), pp. 1-30 ; Reichsstädte in der Fürstengesellschaft. Politischer Zeichengebrauch in der Frühen Neuzeit, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2006. Page personnelle

Marc Mudrak a obtenu son doctorat en 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales Paris et l’université de Heidelberg. Il a travaillé comme stagiaire dans un quotidien et est depuis 2018 rédacteur pour la politique étrangère à l’Agence France-Presse à Berlin. Parmi ses publications : Reformation und Alter Glaube. Zugehörigkeiten der Altgläubigen im Alten Reich und in Frankreich (1517-1540), Berlin, De Gruyter/Oldenbourg, 2017. Page personnelle

Rachel Renault a obtenu son doctorat en 2014 à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à la Westfälische Wilhelms-Universität de Münster. Elle est maîtresse de conférences au Mans-Université. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre cultures politiques et espaces publics dans le Saint-Empire moderne. Parmi ses publications : La permanence de l’extraordinaire : fiscalité, pouvoirs et monde social en Allemagne aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017; « Refuser l’impôt, définir le bien commun », Politix 119 (2017), pp. 79-100 ; « (Ne pas) raconter la révolte. Seigneurs et sujets face à la désobéissance en Saxe et en Thuringe dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Dix-septième siècle 275 (2017), pp. 299-310. Page personnelle

Anne Saada a soutenu sa thèse en 2001 à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Elle est chargée de recherche au CNRS (UMR 8547, Pays Germaniques : Transferts Culturels, Ecole Normale Supérieure, Paris) et travaille actuellement sur l’histoire des universités allemandes (en particulier, celle de Göttingen). Parmi ses publications : « Göttingen : d’où vient l’université allemande ? », L’Histoire 439 (2017), pp. 64-68 ; « La construction du réseau universitaire de Göttingen : un observatoire exemplaire pour les circulations internationales », Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir.), Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, pp. 349-360 ; « De Halle à Göttingen : processus d’institutionnalisation et développement intellectuel », Hans Erich Bödeker, Philippe Büttgen et Michel Espagne (dir.), Göttingen vers 1800. L’Europe des sciences de l’homme, Paris, Cerf, 2010, pp. 29-58. Page personnelle

Sébastien Schick a soutenu sa thèse en 2015 à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich. Depuis 2017, il est maître de Conférences à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (IHMC) et il travaille notamment sur le lien entre pratiques épistolaires, diplomatie européenne et exercice du pouvoir dans le Saint-Empire. Parmi ses publications : Des liaisons avantageuses. Action des ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (années 1720-1750), Paris, Editions de la Sorbonne, 2018 (à paraître) ; « Négociations diplomatiques et pluralité des droits : le Saint-Empire, l’Europe et le problème des ‘affaires étrangères’ (XVIIe-XVIIIe siècles) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine 64 (2017) 3, pp. 39-63 ; « Le principal ministre et ses réseaux. Logiques d’action concurrentes dans le Saint-Empire au XVIIIe siècle », Nicolas le Roux et Martin Wrede (dir.), Noblesse oblige. Identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, pp. 105-119. Page personnelle

Luca Scholz a obtenu son doctorat en 2016 à l’Institut universitaire européen de Florence. Il est actuellement chercheur postdoctoral à l’université de Stanford. Ses recherches portent sur l’histoire des circulations, des frontières et du servage dans le Saint-Empire ainsi que sur la géographie historique et la cartographie numérique. Parmi ses publications : «Leibeigenschaft rechtfertigen. Kontroversen um Ursprung und Legitimität der Leibeigenschaft im Wildfangstreit », Zeitschrift für Historische Forschung, 45 (2018) 1 (à paraître) ; « Protection and the Channelling of Movement on the Margins of the Holy Roman Empire », Bain Attwood, Lauren Benton et Adam Clulow (dir.), Protection and Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, pp. 13-28 ; « Frei und sicher ? Geleitschutz und Bewegungshoheit im Alten Reich des späten 16. Jahrhunderts », Christian Windler, Nadir Weber et Tilman Haug (dir.), Protegierte und Protektoren, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2016, pp. 333-348. Page personnelle

Autres participants réguliers du séminaire:

Juliette Guilbaud a obtenu son doctorat en 2005 à l’Ecole pratique des hautes études et à l’université de Dresde. Elle est chargée de recherche au CNRS (Centre Georg Simmel, UMR 8131 EHESS-CNRS). Ses recherches portent sur les Jansénistes dans l’Europe du XVIIIe siècle (France, Saint-Empire, pays Habsbourg), la concurrence entre les juridictions séculières et ecclésiastiques au XVIIIe siècle (Saint-Empire), l’histoire économique et sociale des métiers du livre (XVIIe-XVIIIe siècles). Parmi ses publications: « L’accusation de jansénisme (XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Monique Cottret, Caroline Galland (dir.), Peurs, rumeurs et calomnies, Paris, Kimé, 2017, p. 279-294; « Un pâle avatar des Nouvelles ecclésiastiques ? Les Wienerische Kirchenzeitungen (1784-1789) », dans Monique Cottret, Valérie Guittienne-Murger (dir.), Les Nouvelles ecclésiastiques. Une aventure de presse clandestine au siècle des Lumières (1713-1803), Paris, Beauchesne, 2016, p. 181-199; « La circulation des imprimés jansénistes entre les Provinces-Unies et la France au XVIIe siècle », dans Yves Krumenacker (dir.), Entre calvinistes et catholiques. Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 205-218; avec Frédéric Barbier et Dominique Varry (dir.), La Prosopographie des hommes du livre, éd. électronique, 2005, en ligne. Page personnelle