Projet

Les états du Saint-Empire. Gravure de 1606. Source : Wikimedia Commons.

Les états du Saint-Empire. Gravure de 1606. Source : Wikimedia Commons

Ce blog est né d’un projet de recherche et d’enseignement mené de 2012 à 2014 et destiné à rapprocher historiens français et allemands travaillant sur le Saint-Empire romain germanique à l’époque moderne. Porté par deux laboratoires de l’EHESS Paris, le CRH et le Centre Georg Simmel, et organisé en coopération avec les Universités de Münster et Mayence ainsi que l’ENS de Lyon, il a bénéficié du soutien du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) dans le cadre d’un « programme de formation-recherche ». Il avait pour colonne vertébrale le séminaire animé depuis 2009 à l’EHESS par Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle — et pour ossature scientifique l’ensemble des participants à ce séminaire.

Après la fin du PFR, le séminaire ne s’est pas arrêté pour autant et les liens tissés se poursuivent. Le réseau ainsi créé (et plusieurs participants au séminaire sont entre temps devenus enseignants-chercheurs ou chercheurs) est une communauté informelle, mais solide. Ses points communs: l’inscription dans un renouveau du regard porté sur le Saint-Empire; la conviction que ce renouveau peut s’incarner dans une histoire sociale à laquelle la recherche française apporte une contribution spécifique; la volonté de « désincarcérer » l’histoire du Saint-Empire pour en faire un laboratoire comparatif sur les notions d’Etat, de territoire et d’appartenance à l’époque moderne.

Une nouvelle histoire du Saint-Empire

Le renouvellement des études sur les institutions impériales, initié en Allemagne depuis plus de trente ans, émerge actuellement d’un certain isolement disciplinaire (concentration sur l’histoire institutionnelle, en particulier) et croise les interrogations de l’histoire générale en remettant en cause les paradigmes de l’État et de la nation aux XVIe-XVIIIe siècles mais également en épousant des orientations thématiques plus larges et novatrices (histoire de la communication, des rituels politiques, etc.).

Un bilan croisé de l’historiographie

Une séance du Conseil Impérial Aulique. Gravure de 1700. Source : Wikimedia Commons.

Une séance du Conseil Impérial Aulique. Gravure de 1700. Source : Wikimedia Commons

Les historiens français ont joué un rôle limité mais actif dans ces évolutions, obtenant toutefois un écho encore trop limité en Allemagne, et surtout, paradoxalement, en France. Un bilan croisé de l’historiographie sur le Saint-Empire moderne est donc, aujourd’hui, nécessaire afin de dégager des tendances à venir et de tâcher de faire de ce « nouvel » objet une thématique davantage partagée des deux côtés du Rhin.

Inflexions thématiques

L’Empereur entouré des princes électeurs. Gravure de 1663/64. Source : Wikimedia Commons.

L’Empereur entouré des princes électeurs. Gravure de 1663/64. Source : Wikimedia Commons

Le projet a décliné cet objectif général en trois grandes inflexions poursuivies conjointement tout au long du programme, et qui continuent à nourrir les réflexions et les débats du réseau:

  • Espace, frontière, territoire et communication,
  • Anthropologie du politique et du droit, échelles du politique,
  • Une histoire économique et sociale de l’Empire ?