Kirchenregiment

Traduction : régence de l’Église

Traductions alternatives : gouvernement de l’Église

Définition : Il serait beaucoup trop long d’expliquer ici la genèse (liée à l’émergence de la Réforme luthérienne dans l’Empire) et les modalités des droits que les immédiats (en l’occurrence surtout les électeurs et princes) exercent sur les biens, les juridictions et les institutions ecclésiastiques, en particulier en matière de gestion des actions caritatives et éducatives, de discipline et de formation des clergés, d’unité dogmatique et de discipline des pratiques religieuses des populations. On se contentera de rappeler trois éléments. D’abord, ces droits ont été initialement définis par défaut (suspension du jus episcopale en particulier) avant d’être tardivement réunis sous l’expression jus reformandi, qui n’apparaît dans un texte normatif qu’avec la paix de Westphalie en 1648 ; liés au règlement progressif de la coexistence confessionnelle par le droit, ils présentent une configuration spécifique à l’Empire et ne se comprennent que dans ce cadre (et non uniquement dans le cadre de telle ou telle principauté où ils s’exercent). D’autre part, la condition de possibilité de ces droits est aussi une constante difficulté, pour les contemporains comme pour nous : ils jouent sur une distinction entre droits politiques et droits religieux peu claire, conflictuelle et évolutive (pour ne prendre qu’un exemple : un prince doit veiller au respect du dogme, mais il n’est pas libre de définir le dogme, inscrit dans le cadre des confessions reconnues en droit d’Empire). Enfin, si la définition d’une « régence de l’Église » est d’abord une manière d’intégrer le protestantisme dans l’Empire, le jus reformandi est aussi reconnu aux princes catholiques (par exemple en Bavière, où la régence ecclésiastique des électeurs est très importante dans un territoire partagé entre un grand nombre d’évêchés « extérieurs ») ; en outre, la clause de l’Année normative après 1648 maintient la régence de l’Église dans les mains des princes convertis, alors même qu’ils ne professent plus la confession de l’Église dont ils sont princes – en pratique, ce sont des institutions spécifiques qui exercent ce droit, dans une grande méfiance envers leur prince, mais dans le cadre des appareils gouvernementaux princiers.

Problèmes de traduction : Il existe en allemand de nombreuses façons de dire Kirchenregiment. Choisir « régence » fait signe vers le fait que, au départ du moins, les droits sont conçus comme des suspensions du droit canon et des délégations de droits épiscopaux « empêchés ». On évite ainsi également le terme « gouvernement » qui peut avoir une tournure trop contemporaine. Celui-ci étant toutefois la traduction de Reichsregiment, on pourra par clarté le préférer.

Christophe Duhamelle